Amour et Manipulation

Publié le par Ketrichen

Amour et Manipulation

Bonjour à tous. J’espère que vous vous portez bien. J’ai bien pensé à vous depuis ce mois de février où j’ai écrit mon dernier article. Je ne vous abandonne pas, non et je vous remercie de continuer à visiter mon blog, cela me réchauffe le cœur d’avoir des nouveaux « j’aime » alors que mon blog se désertifie depuis de longs mois. Mais quand une tempête est en cours (Je suis branchée climat moi aujourd’hui…), on doit gérer l’urgence et écrire devient un luxe que je n’avais pas ces derniers mois.

Je profite de cette accalmie (qui va durer, je l’espère) pour vous offrir quelques mots et un peu de réconfort (je le souhaite en tous cas).

Alors on va parler de choses qui fâchent aujourd’hui mais que l’on se doit de regarder en face : ce qui fait battre notre petit cœur = l’amour et ce qui le détruit = la manipulation. (En effet, je constate que mon article le plus lu est « les sites de rencontre » ce qui me conforte dans l’idée que vous vous sentez tout seul (Oh étonnement !–sourire ironique-) et qu’il est peut-être temps d’aborder le sujet de la manipulation, que je fuis avec brio depuis le début de l’écriture de ce blog. Il faut dire que beaucoup de livres ont été rédigés sur ce sujet par des spécialistes (et je vous recommande de vous plonger dedans) et que je ne me sens pas plus légitime que cela pour en parler à mon tour. Je vais donc vous livrer mes impressions, mon sentiment et peut-être quelques clefs personnelles que j’ai découvertes avec l’expérience pour éviter de vous faire broyer.

Commençons par le début. Si vous êtes un petit bisounours comme moi, vous devez impérativement faire le deuil de l’adage : « Si quelqu’un parait gentil, il est gentil. » Ou « Si quelqu’un est intelligent, il est forcément cohérent et bienveillant. Il œuvrera pour le bien de ce monde, dans un esprit de justice et d’équité. » Amen. C’est FAUX FAUX FAUX. C’est pourquoi vous devez vous méfiez des TOUT LE MONDE mais aussi des TOUS SEULS (qui sont les pires manipulateurs que j’ai pu rencontrer et qui, à cause de leur intelligence, se révèlent extrêmement dangereux).

[Si vous n’êtes pas un bisounours comme moi et que vous connaissez bien les manipulateurs, alors n’hésitez pas à partager vos trucs et astuces pour nous aider à nous en protéger. Merci d’avance.]

Commençons par les caractéristiques de base du manipulateur. C’est une personne (homme ou femme, joli ou laid, inquiétant ou attirant, il n’y pas de règle !) qui est totalement, profondément et définitivement égoïste. Il ne ressent aucune culpabilité et il ne s’excusera jamais. (Il peut s’excuser si cela sert sa cause mais il ne s’excusera pas avec son cœur et son âme de vous avoir blessé parce qu’il s’en fout totalement.) Vous pouvez bien crever de douleur devant lui, tant que vous ne lui faîtes pas mal directement (en lui mordant le pied ou en tachant sa chemise avec vos larmes - s’il est très pointilleux sur son apparence - ) il s’en fout ! Il se moque de ce que vous ressentez vous, en tant que personne, parce qu’il n’a absolument aucune empathie. Il ne comprend pas ce qui peut vous faire si mal, puisque lui, ne ressent rien. (Pour creuser toutes ces questions, encore une fois : lisez des livres sur le sujet, mon approche est tout sauf exhaustive !)

Donc quand vous rencontrez quelqu’un qui dans la conversation vous dit qu’il s’en fout totalement que machin ou truc soit triste pour x ou y raison, CROYEZ LE. C’est un manipulateur honnête (ils sont rares). Il assume ce qu’il est et il vous décrira très naturellement la façon dont il se sert des gens pour son propre plaisir. Si c’est un TSE, il saura le justifier de façon très logique et au premier abord, vous aurez de l’empathie pour lui. Vous pourrez même vous dire « Oh, le pauvre, il a dû lui arriver des choses terribles pour qu’il soit aussi froid et dur. Derrière cette apparence de pierre, il a un cœur tout mou et tendre qui ne chercher qu’à s’exprimer. » NON NON NON mille fois NON. Quelqu’un qui assume totalement son indifférence profonde envers tout autre membre du genre humain n’a pas de cœur tout mou caché. Il est ce qu’il dit qu’il est. Croyez-le et dîtes-vous que vous avez eu de la chance de tomber sur un manipulateur honnête. Il vous a dévoilé son jeu, maintenant : TENEZ VOUS TRES ELOIGNE (et éventuellement, observez, vous apprendrez des choses.) Ne pensez pas pouvoir le changer. Vous allez vous casser les dents sur un mur et lui, il va bien rigoler. Voilà pour les manipulateurs honnêtes. J’en profite pour les remercier d’assumer ce qu’ils sont. Ce sont les moins dangereux car on peut les repérer facilement. (Gare à ceux qui ne les prennent pas au premier degré, vous allez vous faire déchiqueter….)

Maintenant les autres, les plus courants, ceux qui s’ignorent, ceux qui sont uniquement mus par leur inconscient. Les manipulateurs du commun….

Alors eux ne vous diront pas qu’ils n’ont aucune empathie, certains même, ressentent des émotions. Jamais ils ne vous expliqueront (sourire aux lèvres) comment ils ont manipulé truc et machin dans le but de…. (Ca ce sont les manipulateurs honnêtes qui le feront !)

Non, non, eux, ils sont mystérieux. Quelques fois, ils semblent tout doux et même fragiles. On a envie de les protéger, de les entourer de notre amour. Ils savent nous bercer de leurs belles paroles et ils sont touchants. Oui, voilà, je dirais qu’ils attirent naturellement notre innocente compassion.

Je vous donne un exemple.

Vous travaillez dans une petite entreprise depuis quelques mois. Un jeune homme TLM est particulièrement charmant. Il est drôle vif, il parle avec aisance et franchise de ses fragilités. Il a besoin d’amour, de protection, c’est une évidence et vous les lui offrez tout naturellement. Vous êtes plus âgée, comme une grande sœur et vous êtes TSE, donc c’est plus facile pour vous d’être attentive à ce qui se passe. Vous découvrez au fil du temps que ce jeune homme, qui est la coqueluche de votre société…. ment. Oui, il ment, se contredit sur ce qu’il a fait ou n’a pas fait. Il s’arrange pour être toujours au centre de l’attention, dévoilant des scoops sur les patrons (parce qu’il a eu accès à un dossier secret patati patata.) Vous découvrez que c’est faux (il a tout inventé). Vous commencez à vous méfiez jusqu’à ce qu’il aille un peu loin dans ses mensonges et vous avoue tout de go (il a confiance, il se lâche - Savourez et félicitez-vous de vos années d’expérience - ) Il vous avoue donc, à vous et rien qu’à vous qu’il ment à tout le monde depuis des semaines en certifiant que son père est dans le coma. Son papa va très bien, merci.  Vous êtes choquée. Vous lui dîtes et il se justifie en disant je cite « j’aime bien que tout le monde me demande des nouvelles tous les jours ». Il a besoin d’être au centre du monde. Vous le forcez à se dévoiler devant l’équipe et à dire qu’il a menti. Il le fait. Enfin, il dit que son père est sorti du coma depuis plusieurs jours. (Demi-mensonge = demi-vérité).

Vous avez déséquilibré l’illusoire union qui régnait au sein d’une équipe de dix personnes car vous l’avez forcé à avouer une trahison. (N’oubliez pas que c’est toujours le messager qui se fait tuer.) Vous gérez bien, très bien, puisque vous ne l’acculez pas et lui dîtes que "c’est oublié, il a fait une erreur, ça arrive". (Vous ne le pensez pas, évidemment et vous allez garder un œil affuté sur lui.) Mais les TLM  autour de vous ont besoin de lui trouver des excuses, de le justifier. « Il est jeune, il n’a pas fait exprès et puis ça ne nous regarde pas ce qui arrive à son père ou pas ect. ect. » Vous savez que vous ne pouvez pas crier à la justice et à la vérité – Vous allez vous faire lyncher- Vous vous détachez du groupe discrètement et vous attendez en observant.

Quelques semaines plus tard, on embauche une jeune fille charmante. Pas du tout manipulatrice. Elle est célibataire et tombe rapidement sous son charme. Elle s’intègre bien, elle est ravie d’être rentrée dans une équipe si dynamique. Elle tombe amoureuse du jeune manipulateur et … Ils couchent ensemble. Elle vous en parle, elle a son petit cœur qui bat et vous lui dîtes : « Méfie toi. » Juste ça. Elle n’écoute pas, elle flotte de bonheur. En trois jours, tout son univers va exploser et vous aller la ramasser en miettes. Je récapitule le processus de manipulation :

  1. Elle lui fait des avances.
  2. Il lui dit qu’elle lui plait, ils couchent ensemble.
  3. Elle est toute chamboulée d’amour et elle vous en parle. Il lui écrit des textos plein de petits cœurs et de promesse.
  4. Il lui demande de n’en parler à personne dans l’entreprise. (Sauf à vous, vous êtes déjà au courant.) Elle accepte même si elle aimerait mieux assumer leur situation et ne pas s’en cacher.
  5. Ils doivent passer une soirée ensemble : resto + nuit d’amour. Avant, ils vont prendre l’apéro avec des collègues et elle rentre chez elle pour l’attendre.
  6. Elle attend donc et pendant ce temps-là, il raconte à vos collègues communs qu’ils sortent ensemble mais que c’est dur pour lui parce qu’elle est nymphomane et n’en veut qu’à son corps. (Il se victimise donc.) Vos collègues compatissent.
  7. Il est 21h30 et elle l’attend toujours.
  8. Il lui écrit des textos salaces avec l’aide d'un collègue et ils se marrent bien tous les deux à se moquer d’elle. (Elle ignore tout, bien sûr).
  9. Il ne la rejoint pas et elle passe sa nuit à l’attendre.
  10. Le lendemain, le manipulateur vous dit qu’il doit vous parler (il sait qu’il doit absolument vous mettre de son côté, vous n’étiez pas là, la veille.) Et il vous explique à quel point c’est dur parce qu’elle est obsédée par le sexe, qu’elle l’a littéralement bloquée chez elle la dernière fois qu’ils se sont vus et qu’elle a vraiment un problème…. Vous l’envoyez sur les roses parce que vous savez éperdument que c’est totalement faux. Et vous lui dîtes que ça ne vous regarde pas.
  11. Plus personne n’adresse la parole à la jeune demoiselle en fleur et elle ne comprend rien.

Il a bien joué son coup et vous être verte de rage. Donc si on suit le procédé très pervers qu’il a mis en place, vous comprendrez bien vite qu’il l’a : décrédibilisée aux yeux de tout le monde en la faisant passer pour une nymphomane malade (ce qu’elle n’est pas du tout). Qu’il l’a complètement coincée en l’obligeant au secret. (Personne ne sait ce qui s’est réellement passé –sauf vous- Dommage pour lui, il va payer !) Et cette jeune demoiselle, qui n’avait rien demandé à personne et qui s’est juste laissé emporter par sa naïveté et son besoin d’amour se retrouve : exclue d’un groupe de collègues, sans comprendre pourquoi et sans avoir les moyens de se défendre.

Je trouve que c’est une excellente illustration de ce que peut faire un manipulateur qui s’ignore, qui n’assume pas d’être ce qu’il est : un putain de pervers.

Mais elle a de la chance sur ce coup-là, car elle n’est pas seule, vous êtes là. Vous prenez donc les choses en main et lui racontez tout ce que vous savez. Elle décide quand même de lui laisser une dernière chance de se racheter (à votre grand dam mais il faut qu’expérience se fasse) pour voir jusqu’où il ira dans le mensonge. Et il va loin, jusqu’à dire que si l’équipe est au courant c’est parce que VOUS en avez parlé à tout le monde. C’est faux bien entendu. Heureusement, elle vous fait confiance et elle a compris son jeu. Elle ne se fera pas avoir à nouveau.

Que faire à présent ? Il n’est pas question de la laisser seule, isolée de tous, obligée de faire ses pauses face à son café quand toute l’équipe se réunit et se marre dans une franche camaraderie. Elle hésite à rompre sa période d’essai à cause de lui et à se retrouver sans emploi. Il faut la jouer très fin et c’est compliqué. Vous bénissez 1) votre expérience 2) son intelligence à elle du haut de ses 25 ans. Il est impossible de le mettre face à ses responsabilités devant l’équipe. Dans un cadre professionnel et quand personne ne croit à la réalité de la manipulation (parce que le pauvre, blablabla, il n’est pas vraiment méchant, blablabla) c’est elle et vous-même qui allez passer pour d’horribles remueuses de merde (et je dis ça pour rester polie). Alors, la tactique est simple. Il faut attendre. Attendre et garder le port de tête fier. Il faut s’imposer dans le groupe, rester, ne pas s’exclure, ne pas céder à la pression et lui envoyer des petits pics discrets mais bien sentis. Vous êtes deux, c’est une chance. Vous savez et il sait que vous savez et il a peur. Le but est qu’il se sente acculé, pris au piège dans sa propre toile de faux semblants. Ca dure un mois mais ça marche. Il pose sa démission. Elle reste. Justice sera faîte quand il sera parti.

Mais vous avez eu de la chance parce qu’il est très jeune et maladroit, parce que vous étiez deux, parce que vous avez été stratégiques et que vous n’avez pas agi pulsionnellement. La situation n'est malheureusement pas toujours aussi favorable.

Reprenons les caractéristiques de base du pervers (appelé « pervers narcissique » par erreur car tout pervers a un problème narcissique mais cela permet de les distinguer des pervers sexuels entre autres…) Donc une personne qui a une structure dite « perverse » est restée bloquée à un stade infantile dans sa construction psychique. Cette personne envisage le monde et les autres humains qui l' entourent comme des objets de plaisir ou de déplaisir. (Ainsi qu’un très jeune enfant qui aime le chocolat mais n’aime pas se brosser les dents, qui veut que les autres lui prêtent ses jouets mais ne supporte pas de prêter les siens.) C’est tout à fait normal pour un enfant. Ca ne l’est pas quand il s’agit d’un adulte puisque les jouets ne sont plus des jouets mais des êtres humains.

Je vous recommande la lecture du livre « Confessions d’une sociopathe » de M. Thomas. Même si je n’ai pas particulièrement envie de donner de l’argent à cette dame, c’est un très bon outil pour comprendre ce qu’ils ont dans la tête. Notons que son cas à elle est extrême et que tous les manipulateurs ne sont pas à ce point-là. Méfiez-vous également si vous êtes un hyper-rationnel et que vous avez du mal à vous connectez à vos émotions, cela ne signifie que vous soyez concerné par cette pathologie. Ce livre, est également fait d’une façon très manipulatrice parce qu’on pourrait presque conclure : « La pauvre, c’est si dur ce qu’elle vit ! » Méfiez-vous de ce sentiment qui peut vous venir et rappelez-vous qu’en se confiant dans ce livre, elle vous manipule car c’est la seule et unique chose qu’elle sait faire. Je vous recommande également la lecture du livre : « Les manipulateurs sont parmi nous » d’Isabelle Nazare-Aga qui peut paraître simpliste mais qui est bourré d’exemples et de techniques simples pour repérer un manipulateur et s’en défendre.

Car la première chose à faire est d’accepter qu’ils existent et c’est peut-être l’étape la plus difficile. Se dire qu’un être humain aussi malade qu’Adolf Hitler soit capable de manipuler un peuple entier pour mettre en œuvre un génocide, certes, nous savons que ça existe, mais c’est rare. Qu’une personne proche de vous telle que votre sœur, votre mère ou votre amoureux puisse volontairement essayer de vous détruire psychiquement est une autre paire de manche. Il n’y a pas de preuve, pas de violences physiques sur lesquelles s’appuyer, ils ne peuvent pas être si méchants, c’est vous qui vous trompez. Voilà ce que vous pouvez être amenés à penser aux premiers abords. La difficulté avec le manipulateur qui s’ignore c’est qu’il n’est pas vraiment conscient qu’il fait du mal. Cela peut effleurer son esprit mais il va vite repousser cette pensée car il veut être quelqu’un de bien (comme tout le monde, car il sent bien qu’il n’est pas tout à fait « comme tout le monde »). Donc tous les processus qu’il mettra en oeuvre avec vous seront inconscients. Il ne pourra pas vous dire un jour : "Oui, c’est vrai je t’ai manipulé." Non.

L’avantage avec un manipulateur conscient de lui-même (honnête) et qui agit, lui, en toute connaissance de cause c’est que le jour où vous le mettez face à ses mensonges et ses stratégies de déstabilisations (il faut le faire en douceur et avec le sourire, sans l’acculer) il sourira. Il n’avouera jamais qu’il l’a vraiment fait (il faut toujours qu’il puisse nier) mais il vous donnera ce sourire de fierté parce que vous l’avez percé à jour et qu’enfin, quelqu’un reconnait son extrême ingénuosité.

Ok, je m’égare un peu. Il faut dire que le sujet est très vaste et qu’à 35 ans passés j’en ai vu des vertes et des pas mûres dans ce domaine et mon cerveau part dans tous les sens.

Essayons de reprendre une trame plus synthétique.

Les manipulateurs n’ont pas d’image interne d’eux-mêmes. Ils ne vivent que pour l’image qu’on leur renvoie. (Voir : « Dracula » de Bram Stocker). Donc leur obsession (réelle obsession) est de toujours toujours passer pour une bonne personne avec de grandes qualités (généreuse, douce, intelligente, drôle, à l’écoute, courageuse ect.). Quelles que soient ces qualités, n’attaquez jamais de front un manipulateur sur son image de lui, en particulier devant les autres, vous allez vraiment l’énerver et lui n’aura aucun scrupule à vous faire du mal, voire à vous détruire. Le mieux à faire devant un manipulateur, c’est de fuir. Et je citerais mon cher Gandalf : « Fuyez pauvres fous !! »

Si vous ne pouvez pas fuir (en tous cas pas tout de suite) apprenez à mentir ! Oui, ce n’est pas dans votre nature, oui, vous aimez la justice et la vérité mais, la règle essentielle pour ne pas être détruit par un manipulateur est : FAITE LE DEUIL D AVOIR UNE RELATION SINCERE AVEC LUI. Je le mets en majuscules et en gras car c’est le plus important. Vous avez rencontré une araignée qui va vous prendre dans sa toile et vous mangez tout cru, le but est de s’en sortir indemne et pour ça : Vous devez IMPERATIVEMENT le tenir éloigné de votre cœur, de qui vous êtes réellement et de ce que vous ressentez réellement. C’est la première règle. Vous ne solutionnerez JAMAIS un conflit avec lui en lui parlant sincèrement du mal qu’il vous a fait ou de la relation que vous souhaiteriez avoir avec lui. Il vous fera croire que c’est gagné. Il vous fera croire qu’il a compris, qu’il va changer, qu’il va se comporter autrement. Vous allez vous dire : « Ouf, enfin, on a crevé l’abcès et tout va aller mieux. » C’est FAUX. Il vous a donné ce que vous attendiez pour mieux étendre son emprise sur vous. Et maintenant que vous avez confiance, et que vous avez à nouveau foi en lui, il va pouvoir vous faire très mal.

Alors quel est son but finalement ?

Cela dépend de sa situation, de sa personnalité et du pion que vous représentez sur son échiquier. (Car il joue. La vie est jeu pour lui et vous êtes un pion dont il se sert pour gagner sa partie. Et c’est tout. - Aussi immonde que cela soit -  C’est tout. POINT.)

 Reprenons l’exemple que je vous ai donné tout à l’heure. Pourquoi a t-il fait ça à cette fille ? Pourquoi elle ? Pourquoi maintenant alors qu’il est dans l’entreprise depuis un an ? Je pense que c’est une simple question de pouvoir. Cette jeune fille a une forte personnalité, elle est charmante, très droite et ne mâche pas ses mots. Quand elle est arrivée dans l’entreprise, c’est lui qui dominait le groupe. La prestance de cette jeune femme mettait en danger sa place de centre du monde. Elle avait, elle a le pouvoir de le déloger. Elle ne le souhaitait pas, elle n’y a même jamais pensé. Mais lui en avait peur. Donc il a anticipé. Il a eu une ouverture car elle était attirée par lui et il a saisi l’occasion qui se présentait de la dénigrer auprès de tous et de l’isoler tout en lui brisant le cœur. C’était une bonne technique et il aurait pu atteindre son but et rester « chef de meute ». Ce ne fut pas le cas, heureusement.

Maintentenant dans la situation où c’est votre amoureux/ amant ou amoureuse/ amante qui vous manipule, quel peut être son but ? Le manipulateur aime les conflits, les relations de pouvoir, il aime sentir qu’il domine, ça le rend fort et ça lui donne une belle image de lui (ce qui est son but ultime : avoir une belle image de lui, à ses yeux et aux yeux de tous). Le fait de vous mentir ou de vous reprochez des choses imaginaires, de provoquer des conflits à répétition l’excite, le met en joie, lui procure un soulagement (inconscient j’entends !). Et si comble, du comble, vous vous remettez en question sans cesse sous ses reproches continus, si vous, TSE, vous vous sentez pire qu’une merde… Imaginez le plaisir dont il va jouir d’avoir gagné contre vous, à vos dépends.

N’oubliez pas que vous êtes un jouet pour lui et qu’il pourra vous jeter quand il vous aura cassé pour passer à autre chose. Plus vous lui accordez d’importance et plus il s’intéressera à vous.

Encore une fois, lisez sur le sujet. Je ne suis pas psychologue et je ne vais pas creuser les dégâts fondamentaux qu’un manipulateur peut faire sur votre image de vous, votre structure, les bases de votre identité.

Ce que je peux vous dire simplement c’est que quelle que soit la relation que vous entretenez avec une personne proche (ami, amoureux, famille). Cette relation est une relation d’amour et elle DOIT vous apportez de la confiance en vous, du bonheur, de l’épanouissement. Si vous tombez en dépression et que vous vous dîtes tout le temps : « Ca va s’arranger, ce n’est pas de sa faute, le/ la pauvre ect. » Il y a un problème. Avec le temps et l’expérience, vous apprendrez à être le propre baromètre de vos relations. On peut avoir des périodes difficiles dans un couple ou dans une amitié même, mais jamais au grand jamais vous ne devez-vous ressentir comme si vous étiez une merde, comme si vous deviez changer dans votre tréfonds. Vous devez vous sentir aimé, apprécié telle que vous êtes. Si ce n’est pas le cas, alors interrogez-vous profondément sur la nature de votre relation avec l’autre.

Je vous souhaite beaucoup d'amitiés et d'amours véritables.

Namasté

Ketrichen

article suivant

Commenter cet article

Deltaplane 28/09/2016 20:49

bon article, j'ajouterais pour ceux qui se demande comment repéré et ne pas se faire prendre au piège des pervers narcissiques (mon père en est un en plus d'être schizophrénique affectif) que leurs méthode (souvent inconsciente) de manipulation commence par une phase de "séduction" ou l'individu va se comporté de manière charmante et répondre aux attentes de sa victime en se servant d'une forme d'empathie non affective (il sait très bien décoder et comprendre les émotions des autres mais n'y accorde pas plus d'importance que les phases de la lune pour lui c'est une information point) avant de les rabaisser afin de s'en servir comme faire valoir avant de recommencer une nouvelle phase de séduction quand il pense qu'il va vous perdre.

Une méthode simple pour faire la différence entre quelqu'un qui vous veut réellement du bien et un manipulateur consiste à adopter une attitude neutre, de lui confier quelques informations personnelle (auquelles vous n'accorder aucune réel importance) puis d'observer ce qu'il va en faire.
Un manipulateur utilisera toujours tout ce qu'il sait à votre propos pour parvenir à ces fin que ce soit pour se mettre en valeur ou pour vous rabaisser.
Un autre détails qui transparais souvent de manière frappante est l'habitude du pervers narcissique à tout ramener à lui y compris quand il vous fera un cadeau (ou une faveur), plutôt que de s'inquiéter si sa vous fait plaisir il sera plutôt du genre à vous raconter pendant une heure comment il à fait pour trouver ce cadeau.
Si vous vous retrouver confronter à ce genre d'individu il n'y a qu'une solution coupez les ponts, fuyez!

Akim 18/08/2016 22:45

Bonjour.

Bel article, bons conseils. J'aimerais relever quelques points. J'ai 43 ans, et j'ai compris il y a quelques années que j'avais été dans ma vie victime de plusieurs pervers narcissiques autant dans ma vie personnelle que professionnelle. J'ai travaillé sur le sujet et j'ai appris beaucoup.

je commencerai pas souligner que la notion de "pervers narcissique" n'est pas erronée. Il s'agit bien de perversion. La définition de "Pervers" par Larousse est la suivante:

"Qui est enclin à faire le mal et qui le tente par des moyens détournés". Tout est là: "PAR DES MOYENS DETOURNES".

Le pervers narcissique utilise des moyens détournés pour détruire ses victimes à petit feu, et il s'alimente de leur énergie. Puis quand la victime est proche de toucher le fond, de manière tout aussi perverse, il la valorise, la compliment, lui recharge les batteries afin de commencer à nouveau. Contrairement à une personne ouvertement agressive et violente qui crie, qui frappe, avec qui les choses sont vite claires, le pervers narcissique agit sans témoin, et pousse sa victime à douter d'elle même en permanence. La notion de pervers narcissique est venue dans les années soixante par Paul-Claude Racamier. J'ai lu le livre "Les Pervers Narcissiques" de Jean-Charles Bouchoux sur le sujet. Ce livre, assez bien vulgarisé, m'a donné des notions de psychologies. J'ai appris beaucoup alors que jusqu'ici j'étais plutôt réfractaires à toutes ces notions d’œdipe et compagnie. Ce qu'il a d'intéressant c'est qu'il parle aussi de la victime. Et c'est essentiel, car si on ne peut pas changer le pervers narcissique, on peut changer la victime... soi-même.

Il y a plusieurs choses à comprendre: D'abord, la relation avec un pervers narcissique se joue à deux: tout le monde n'est pas victime d'un pervers narcissique, alors pourquoi moi ? qu'est-ce qui fait la différence ? C'est la première étape, indispensable, pour avancer et ne pas retomber dans les mêmes pièges encore et encore. Il est indispensable d'accepter, et de chercher à comprendre pourquoi on est victime d'un pervers narcissique. C'est le travail que j'ai fait en août 2013.

Mon premier constat a été que je ne me respectais pas. Dès lors, il m'était impossible d'attendre des autres qu'ils me respectent.

Pour donner une idée, j'ai accepté que mon ex me dise qu'il avait honte de me présenter à ses amis. Je suis très sociable, et je me confie facilement et parle beaucoup. J'ai un avis sur tout. Lui était très introverti et était très gêné par ce comportement. Il s'était convaincu que ses amis n'aimaient pas mon comportement. Comme on m'a souvent dit dans mon enfance que j'avais une grande gueule et que je parlais beaucoup, que je faisais tout pour attirer l'attention, par ce commentaire, il a surfé sur ce traumatisme. J'ai conclu que si lui le disait aussi, c'est que tout ça devait être vrai... J'ai donc accepté d'être rabaissé, car j'étais d'accord avec la critique. C'est souvent comme ça que ça fonctionne.

La victime de pervers narcissique est souvent intelligente, peu sûre d'elle, très critique vis-à-vis d'elle-même, perfectionniste, et passe son temps à se remettre en question. C'est là-dessus que le manipulateur compte. Il va pousser sa victime dans des dilemmes insolubles, des paradoxes, la poussant à un niveau de stress élevé, et l'empêchant d'ouvrir les yeux sur ce qu'il se passe vraiment. Ainsi, je me suis retrouvé à passer mon temps à essayer d'anticiper les pensées de mon ex: qu'aurais-je du faire ? ne pas faire ? comment ? pourquoi m'en veut-il, ou va-t-il m'en vouloir... Avec le pervers narcissique, quoi que sa victime face, c'est faux. Si sa victime prend une initiative, elle n'aurait pas du la prendre. Dans le cas contraire, il va lui reprocher de ne pas l'avoir prise. La victime se remettant toujours en question va passer son temps à se dire que c'est elle le problème, que son bourreau a raison, et va finir par s'enfoncer dans une déprime et une profonde détresse ne pouvant rien faire de juste.

D'autre part, comme tu l'expliques bien dans ton article, le pervers narcissique sait se faire respecter et admirer de tous. La victime qui réalise ou qu'on aide à réaliser ce qui se passe est seule face à son pervers. Dans ton exemple, il y a deux personnes qui font front. Dans la réalité, c'est très rarement le cas. Et, comme tu le dis également: "tues le messager, il n'y a plus de message". J'ai vécu cette situation à plusieurs reprises. En août 2013, lorsque j'ai démasqué mon chef et réalisé qu'il était un pervers narcissique, personne ne m'écoutait. Même dans mon entourage personnel, quand je décrivais la situation, on m'a eu répondu "il fait son travail de chef" .... J'ai même eu un tête à tête avec le directeur de la société à qui j'ai fait part de ma découverte. Il m'a répondu "narcissique peut-être, mais il n'est pas destructeur... Il n'a que des éloges pour les membres de son équipe"... Évidemment: c'est lui (mon chef) qui avait choisit les membres de son équipe. Il n'allait pas en dire du mal. Autant dire que le directeur, qui se prétendait expérimenté dans la gestion des cas de pervers narcissique n'a rien compris.

Un autre élément à comprendre est qu'un pervers narcissique ne se lève pas le matin en se disant "yerk yerk yerk, je vais faire le mal, je vais détruire qqun et me nourrir de ça"... Son comportement est inconscient. Il est pervers de la même manière qu'il respire. C'est sa nature, et non pas un fonctionnement réfléchi et conscient. On ne parle pas ici d'ambition ni de stratégie, mais bien de fonctionnement intrinsèque. Le pervers narcissique est souvent également très intelligent, et manque également souvent de confiance en lui. Par contre il est totalement incapable de se remettre en question, c'est pourquoi les professionnels ne peuvent que s'en débarrasser lorsqu'ils comprennent à qui ils ont à faire. Tout ce qui arrive à un pervers narcissique est la faute des autres, de son environnement, de l'univers, mais jamais la sienne. Et en effet, il ne changera pas.

La plus grande difficulté, lorsqu'on est victime d'un pervers narcissique et qu'on l'a démasqué, s'est de s'accrocher à son constat. Il m'est arrivé très souvent après ma découverte et pendant mon travail personnel de remettre en question mon impression, de me dire que peut-être que je me trompais, qu'il n'était pas pervers narcissique, que je faisais fausse route. Le plus dur a été de lutter contre moi-même et ma nature à me remettre en question en permanence et à donner le bénéfice du doute aux autres...

N'oubliez pas que le pervers narcissique est le roi du masque. Il saura toujours porter le masque qui correspond exactement à son interlocuteur. Ca aussi, c'est instinctif.

Aujourd'hui, je suis devenu extrêmement prudent et attentif. Mes amis me disent parfois que je vois des pervers narcissiques partout... en même temps, ils sont partout. Et depuis, je me suis rarement trompé. Et les fois où je pense m'être trompé, je reste sceptique... Je ne suis pas devenu paranoïaque, par contre j'ai appris à reconnaître les signes qui ne mentent pas.

Quant à aider les autres, il faut faire attention à ne pas se mettre dans un rôle de saint-bernard qui peut parfois devenir très lourd et compliquer. Il faut accepter que pour une victime réagisse, elle doit faire un travail sur elle-même. C'est à ce seul prix quelle pourra ouvrir les yeux. Et une fois les yeux ouvert, il faut encore qu'elle ait envie de sortir de la relation, qu'elle soit privée ou professionnelle. Elle seule peut le faire. On peut la soutenir, mais pas la forcer. Quant à entrer dans un "jeu" contre le pervers narcissique, c'est dangereux. Un pervers narcissique démasqué est comme une bête sauvage acculée. Il va tout mettre en œuvre pour accentuer la destruction de sa victime, seulement cette fois, il ne va pas la faire remonter la pente pour continuer la manipulation. Ca en a mené au burn out, voire au suicide.

Ce que dit Roberta est intéressant concernant sa maman. J'ai constaté qu'il est souvent difficile de définir, dans un couple, dans une équipe, qui est vraiment pervers narcissique lorsqu'on a l'impression qu'il y a en a plusieurs. Il y a un phénomène de contagion dans certains cas. Une victime de pervers narcissique peut devenir elle même perverse sous la pression, et parce qu'elle a l'impression qu'elle n'a plus aucun choix. Elle se retrouve alors dans un fonctionnement qui est totalement opposé à sa nature et qui est autrement destructeur... pour elle même, et pour les autres. C'est à prendre en compte dans l'analyse de la situation.

Puis-je te demander ce que veulent dire les acronymes que tu utilises, comme TSE et MPN ?

Roberta 01/08/2016 07:01

Merci pour ce très bel article ! Vous avez traité ce lourd sujet avec clarté et limpidité ! Très agréable à lire et très instructif !
J'y retrouve tout à fait mon père... Et depuis peu (depuis que je ne prends pas le même chemin qu'elle), je soupçonne très fortement ma mère de l'être également... BIen que, moi aussi, souvent, je me dise "Non mais non ! Ils n'ont pas fait ça pour me faire sciemment du mal... ' Ce n'est même pas envisageable pour moi !?
Soit ! Article à lire et relire ! ;)

Jeanne 23/07/2016 14:06

Chère Ketrichen,

Merci pour ce blog et cet article très drôle, vrai et intéressant. Comme vous le dites très bien « vous avez eu de la chance parce qu’il est très jeune et maladroit, parce que vous étiez deux, parce que vous avez été stratégiques et que vous n’avez pas agi pulsionnellement. La situation n'est malheureusement pas toujours aussi favorable. »
J’ai été diagnostiquée TSE il y a quelques mois, suite au dernier clash avec ma mère, une perverse narcissique, qui après avoir poussé mon frère au suicide, puis mon beau-père, s’en est prise à sa fille, dernière survivante sur sa liste familiale. Je confirme: affronter seule le modèle « pro » du manipulateur, c’est autre chose…une femme âgée façon gourou bio nature, se faisant sans cesse passer pour une « pauvre victime », alors qu’elle à bouffé le cœur et les trips (et le pognon au passage) de tous les gens qui l’ont aimé ou y ont cru (associés, collègues, femme d’ouvrage etc).

Ce que vous décrivez est parfait de clarté : « une personne qui a une structure dite « perverse » est restée bloquée à un stade infantile dans sa construction psychique. Cette personne envisage le monde et les autres humains qui l' entourent comme des objets de plaisir ou de déplaisir. ». Très vrai : quand ma mère se sent en confiance et que je lui demandais « pourquoi fais-tu ceci ou cela , (alors que ca va faire du tort ou de la peine à qq’un) ; elle repond « parce que tel est mon bon plaisir » ! (et rien à foutre du reste-> sa phrase préférée "je m'en fiche complétement").
La duplicité dont je la voyais faire preuve avec ses clientes ou disciples, ceux qu’elle appelle abusivement « amis », les « petits mensonges », et les tonnes de critiques qu’elle déverse sur leur dos dès qu’il est tourné ; je n’avais pas de nom pour cela. Dans mon monde ca colle pas... Toutes ses malversations, les faux documents qu’elle a fait à l’encontre de ses 2 maris, de ses 2 enfants ; je ne comprenais pas, ni mon ressenti d'injustice, ni qu’on puisse faire de pareilles choses. Il a fallu qu’elle veuille me détruire à mon tour, et s’en prenne à mes enfants, pour que j’ose ouvrir les yeux et pose les bonnes questions: "qui sont ces gens?" "pourquoi me sens-je comme une merde ou comme une martienne?" A cause de cela j’ai passé des tests, d'ou hp & co . Alors voilà, c’est mon histoire TSE vs MPN, mais c’est archi-trash. « Tires-toi » est la seule solution. Mais quand c’est ton parent et que tes enfants sont en jeu, faut avoir le cœur bien accroché pour rester confiant et pas vomir ...
A suivre donc