L'amour est une équation... et l'amitié aussi

Publié le par Ketrichen

L'amour est une équation... et l'amitié aussi

Hé salut à tous ! Bienvenue en 2017. Vous m’avez manqué.

Tout d’abord et parce que c’est important : Je vous souhaite une excellente santé vraiment (commençons par-là, c’est un bon début) ensuite de l’argent, quand même un peu, parce que dans ce monde-ci, on ne peut pas faire de troc avec des chaudoudoux. Je vous souhaite de vous épanouir cérébralement (donc pas de castration neuronale, c’est douloureux -toujours pratiquée sans anesthésie-) et puis émotionnellement aussi, avec de l’amour, du sexe bien sûr pour l’endorphine, des amitiés très fortes et enfin : un vœu personnalisé en fonction de vos besoins (un grand voyage en bateau, un petit chien, une révélation cosmique, une découverte scientifique, la combustion spontanée de tous les fascistes, des petites fleurs violettes qui pousseraient dans le béton du trottoir devant chez vous et plein d’autres encore…) Bref, faîtes vos jeux, prenez-en un et utilisez le bien. Je vous souhaite du bon et encore plus.

De mon côté, l’année 2017 commence par un deuil (et oui, ça ne veut pas s’arrêter que voulez-vous ? La Grande Faucheuse a décidé de jouer avec mes nerfs depuis un an et demi…) Donc on respire, on médite et je casse la gueule au premier qui me dit qu’il faut vivre l’instant présent... Bon, je reconnais qu’il a raison - Effectivement, mieux vaut vivre dans le présent que dans le passé ou dans un avenir qui, de fait, est une illusion puisqu’il n’existe pas encore (quoi que je suis sûre qu’on peut soumettre tout ça à débat.)- Bref, c’est une question de principe, cette phrase m’énerve. Comme quand on vous dit « Ca va passer. » Oui bon, d’accord ça va passer et donc ? Et donc, en attendant que ça passe, on fait quoi ????? Tout ça pour vous dire qu’un gros câlin et des oreilles ouvertes sont vachement plus efficaces que toutes ces phrases ridicules, utilisées comme dérivation à l’ébauche d’une conversation profonde. Je crois que je préférerais qu’on me dise franchement : « Ecoute, je ne sais pas quoi te dire, je me sens comme un con, ça me fout la trouille tout ça et je n’ai pas envie d’y penser. » Rien ne vaut un beau moment de vérité qu’une phrase en carton.  Fin de la parenthèse sur les phrases toutes faîtes.

Revenons donc à la situation géopolitique en Tanzanie du Sud-Ouest. Non, je plaisante. Je n’ai pas l’intention de vous parler de ça. Je reste sur ma droite ligne de « Pas de politique sur ce blog !» (Mais c’est dur, c’est dur….) Je vais plutôt vous parler d’un sujet que je maîtrise un peu mieux : l’amour, l’amitié et la belle équation qui tient le tout ensemble… Et oui, car c’est bien là que se trouve la magie des sciences molles : faire des équations avec des émotions, des règles scientifiques avec du subjectif…

Alors pourquoi cet article ? Parce que dans la lutte infernale pour votre survie dans ce monde zombiesque, l’amour et l’amitié vous seront d’une grande aide. Bien sûr, vous êtes un TOUS SEULS et cahin caha vous êtes bien obligé de l’accepter mais deux TOUS SEULS ensemble ça fait UN PLUSIEURS et quand on est 3 ou 4 (rajoutez des amis, ne pensez pas tout de suite à une partouze !) Ca fait carrément une couette moelleuse pour les jours de grand froid et on en a bien besoin en ce moment. Je fais suite également à de nombreuses discussions que j’ai eu avec des amis ou des collègues qui ont une vision de l’amour qui… Comment dire ? Me choque ! Et c’est sans parler des livres récents que j’ai dû m’avaler pour m’intégrer dans mon ancien travail. (Ancien, parce que ça y est : Je suis au chômage. AU CHOMAGE !! BONHEUR !! BONHEUR !!) Romans d’amour complètement bidons qui se regardent le nombril. Une horreur. Dans le même genre en cinéma (et j’assume si j’en fais hurler plus d’un-e) : LOST IN TRANSLATION. Aaaarrrgggggggg. Une heure et quarante-deux minutes de souffrance et d’ennui mortel, entourée d’une foule extatique qui a applaudi longuement durant le générique. Je suis une extra-terrestre ? Aucun doute là-dessus, je le suis et je développe… Maintenant.

Vous avez découvert le sentiment amoureux vers l’âge de 15 ans. Vous aviez bien eu quelques amourettes plus jeune mais là c’est l’électrochoc ! Il s’appelle Renaud, est un peu plus âgé que vous, il est musicien, poète à ses heures et tellement tellement inspirant. Il vous assène des phrases comme : « L’innocence a un sourire sanglant. » en vous regardant droit dans les yeux comme s’il s’adressait directement à votre âme. C’est l’épiphanie dans votre cervelle et toutes vos petites molécules bouillonnent. Vous aimez. Sans aucune hésitation. Cupidon vous a touchée au cœur. Alors vous écrivez à votre amour des centaines de lettres enflammées, décrivant avec ardeur toute l’inspiration qui vous emporte. Vous ne lui enverrez jamais. Manque de bol, quelques semaines après votre révélation, il rencontre Juliette. Il sort avec Juliette et il est super heureux avec Juliette. Vous détestez Juliette. Vous vous mettez au travail pour réparer votre petit cœur meurtri. C’est dur. Vous pleurez beaucoup. Et puis un jour, un jour comme les autres, sur fond de ciel bleu azur (on est en août) vous rentrez dans une librairie et vous tombez sur un roman de Milan Kundera. (On vous en a parlé, donc vous regardez, vous êtes curieuse de nature) et là….. Là ! Le choc + la révélation + la libération. Sur le quatrième de couverture vous pouvez lire clairement, sans aucun doute possible : « L’innocence a un sourire sanglant. » Cette phase qui vous a tant marquée, que vous trouviez si pleine de sens, si subjuguante n’est pas de l’être aimé. Non, non, elle n’est pas du tout de lui. Elle est de Milan Kundera. (Auteur que je n’apprécie pas spécialement, il a juste joué un rôle dans cette histoire, je ne le porte pas aux nues, entendons-nous !) Et là, vous feuilletez encore et encore les livres de Milan et tout prend sens. Renaud (et sa Juliette) n’a rien inventé (il s’est bien gardé de le dire d’ailleurs). Alors qui est-il ce Renaud ? Et c’est là que vous repartez en arrière et que vous analysez tous les faits, ce qui a été échangé, dit et partagé et tout prend un sens nouveau. (Vous tenez un journal minutieux / coup de chance, vous avez l’historique complet.) Vous n'avez jamais été amoureuse de Renaud mais vous l'étiez d'une image composée d'un centaines de phrases écrites par Kundera! Vous venez de découvrir la différence fondamentale entre l’AMOUR et le FANTASME. Vous vous êtes plongée vous-même dans une douce illusion. Le voile se lève, vous sortez de la caverne. Vous avez donc compris que vous devez vous méfiez de vous-mêmes, de vos rêves et de vos projections sur les autres. Vous devez vous méfier de votre capacité à fantasmer l’autre. A votre décharge, en tant que TOUS SEULS vos rencontres avec les autres ont été plutôt chaotiques par le passé, donc une dose d’illusion s’explique aisément par votre affectif un rien désespéré. Mais vous aimez la vérité par-dessus tout et vous êtes passablement en colère de vous être (vous-même) bernée. Vos cours de philo deux ans plus tard viendront mettre des mots sur ce qui vous est apparu comme une évidence à cet instant-là. C’est en travaillant sur le concept de « PASSION » que tout va s’éclairer. (Comme une ribambelle de petites lucioles dans une forêt obscure). Il n’existe aucune personne faîte exactement pour vous. C’est physiquement, chimiquement et psychologiquement impossible. La personne idéale pour vous est un fantasme. D’autant plus (et c’est un élément essentiel de l’équation) si cette personne n’est pas amoureuse de vous. Parce que l’AMOUR (tel que je le définis moi-même, je le reconnais, c’est juste ma propre subjective théorie) n’existe pas s’il n’est pas RECIPROQUE. S’il n’est pas réciproque, alors celui qui aime sans être aimé en retour FANTASME l’autre. (J’entends par « fantasme » : une série de projections diverses soit : prêter à l’autre des sentiments, des pensées, des valeurs qui ne lui appartiennent mais qui sont les vôtres.) Car l’AMOUR n’est pas le sentiment amoureux. L’amour n’est pas composé de simples frissons qui vous parcourent l’échine ou vous inspirent ou vous font tomber en pamoison. L’AMOUR est une structure en soit, c’est-à-dire un organisme, une construction qui fonctionne. (Et pour fonctionner elle doit nécessairement être réciproque). Afin de lutter contre ses propres fantasmes, de se confronter à la réalité de qui est l'autre il faut : COMMUNIQUER! Poser des questions, analyser les réponses, confronter et discuter encore et encore, des heures si nécessaire. Si votre potentielle moitié ne communique pas.... Hum. Je dirais que ça pose un gros problème. Peut-être faut-il passer votre chemin? -Attention aux manipulateurs!-

Combien de couples se séparent après plusieurs années parce qu’ils ne font plus l’amour, parce qu’ils ne se comprennent plus ou parce qu’ils n’ont absolument plus rien à se dire ? La question qui se pose alors est la suivante : Est-ce que l’un des deux partenaires a changé (ou les deux)? (C’est possible, ce sont des choses qui arrivent.) Ou bien : Est-ce qu’il y a eu illusion sur la marchandise ? Est-ce qu’elle vous a dit qu’elle adorait les animaux alors qu’elle a abandonné votre chat au bord de l’autoroute ? Est-ce qu’il vous a dit qu’il ne regardait que des films d’auteur alors qu’il se goinfre devant la télé réalité ? Ces exemples sont caricaturaux et un peu extrêmes, je vous l’accorde. A vous d’analyser, de décortiquer ce qui tenait de la réalité et ce qui tenait de l’illusion.

J’avoue que je n’aime pas reproduire indéfiniment les mêmes erreurs, cela m’insupporte. On dit de moi que je suis très exigeante et je ne le nierais pas, je le suis c’est vrai. Ce que je partage aujourd’hui avec vous est une simple théorie personnelle mais je ne l’ai encore lue nulle part et de mon côté elle fonctionne bien, alors voilà. Je vous la livre. A vous d’y trouver votre compte ou de fermer cette page Google avec dédain en disant « Ketrichen, ma pauvre, tu bois trop de whisky ! » Pour ceux qui sont intrigués, continuons…

Donc, avec cette obsession de ne pas reproduire ce même schéma ad vitam eternam tel que : sentiment amoureux + pamoison + passion = ENORME DECEPTION + rupture + larmes + tristation infernale, il faut mettre en place des procédures, des process et rester lucide. (Ce qui va à l’encontre en général de ce que l’on nomme « amour » dans notre société occidentale.)

J’entends par là (selon moi) qu’il faut être capable de répondre aux questions suivantes : 1) Qu’est-ce que j’aime chez l’autre ? 2) Pourquoi j’aime cela chez l’autre ? 3) Est-ce que l’autre est compatible avec moi et pour quelles raisons ?

Bien entendu, vous n’allez pas vous poser ces questions lors de votre premier rendez-vous. Laissez-vous porter par la magie de l’inconnu, de l’excitation et de l’ivresse des premiers instants. Posez-vous ces question au fur à et à mesure de la construction de votre relation. Ne vous contentez pas d’un : « Qu’est-ce qu’il me fait rire ! » « Qu’est-ce qu’il cuisine bien! » « Qu’est-ce qu’il est beau! »  ou « Je n’ai jamais joui comme ça avec quiconque. » Vous pouvez vous en contenter (vous êtes libres évidemment) mais dans le temps, sa cuisine va devenir fade, vous en aurez marre qu’il plaisante quand vous sortez crevée du boulot, il va grossir et vous ne jouirez plus aussi fort qu’au début.

Je ne sais pas si ma façon d’envisager l’amour correspond à un fonctionnement de TSE et je vous pose la question d’ailleurs en passant. Est-ce que ça vous parle tout ça ?

Je suis juste éberluée, choquée d’entendre des gens autour de moi me dire qu’ils ne savent pas pourquoi ils aiment, mais juste qu’ils aiment. Cela va profondément à l’encontre de mon fonctionnement cognitif. Là où se trouve l’erreur à mon avis (dans ce que nous disent les médias, les livres atroces que j’ai lu pour mes collègues, les films…) c’est qu’ils considèrent que la magie n’est pas possible si elle est consciente. Comme si le fait d’analyser de se « poser trop de questions » pouvait tuer le sentiment amoureux, la magie, l’étincelle. De mon expérience, c’est absolument faux. Savoir pourquoi j’aime mon homme, ce que j’admire profondément chez lui et en quoi il me complète dans sa personnalité et dans ses besoins. Etre consciente de ses défauts qui me tapent sur les nerfs ou être surprise de sa capacité à me faire regarder le monde sous un angle nouveau (qui ne me convient pas forcément au moment M) là est la magie. Cela ne m’empêche pas d’être parcourue de frissons quand il me regarde ou de me sentir flotter dans l’hyper espace quand il me sourit. Au contraire. Savoir que je l’aime pour ce qu’il est réellement, être consciente de ce qu’il m’apporte mais aussi de ce qu’il est incapable de m’apporter et que je dois donc m’apporter à moi-même (et ne pas espérer ou attendre) est un immense soulagement. Un gage de sécurité absolue.

Ce qui est compliqué quand on fait des études de psycho, c’est qu’on a certaines connaissances qui pourraient paraitre anti-sexy au maximum. Sachez par exemple, que le coup de foudre n’est pas magique mais est seulement la rencontre entre deux inconscients qui se répondent. On tombera amoureux de quelqu’un qui ressemble à notre père ou à notre mère ou qui sera exactement leur opposé. Et ce que je trouve génial c’est que ce sera sans aucun lien avec le sexe de la personne que nous aimons. Un homme peut tomber amoureux d’une femme qui ressemble à son père. Et cet homme est hétéro. Une femme peut tomber amoureuse d’un homme qui ressemble à sa mère ou est son opposé etc. Ca marche évidemment de la même façon pour les LGBT.

Ce qui me heurte je crois, c’est surtout qu’en tant que TSE nous sommes des analyseurs de première. Nous sommes des cerveaux sur pattes, nous réfléchissons tout le temps et cela peut s’appliquer à l’amour sans que ça ne vienne le gâcher, au contraire. Avoir en conscience ce que l’on vit émotionnellement me parait très naturel, évident. Analyser le pourquoi de ses émotions, être capable de se dire : « J’ai besoin d’une attention constante, mon homme aime m'offrir cette attention parce que ça remplit positivement son image de lui-même. » Où est le problème ? Qu’y aurait-il de dangereux à décortiquer cela, sinon à se rendre compte qu’on vit dans une illusion ? Attention, cela ne signifie pas qu’il faille analyser ça ensemble ! On peut, en partie. Mais certaines choses vous appartiennent et doivent rester vôtres et uniquement vôtres. Vous pouvez vous dire : « Tiens c’est marrant, là, il ressemble à mon père.» sans pour autant lui communiquer ce fait. Je suis en vérité choquée de voir des gens malheureux en couple et subir leur couple sous prétexte de… De quoi ?

Faire le choix conscient de se dire qu’on reste avec une personne que l’on aime plus ou qui ne nous convient pas ou plus, le faire en conscience, c’est très bien, ça a le mérite d’être un choix. Par contre, refuser d’analyser, se complaire dans des illusions de changements qui n’arriveront surement jamais ou préférer un amour virtuel, inexistant, je ne comprends pas. Prenons Lost In Translation. (Le film, donc.) C’est l’histoire d’une meuf qui se fait chier. (Bon déjà pas passionnant à la base. En plus elle est au japon, on ne comprend pas pourquoi elle ne file pas vite fait prendre des cours de japonais…) Elle rencontre un mec qui se fait chier aussi et qui a une vie de couple de merde mais qui décide de rester comme ça. (C’est vrai, la vie est si courte, pourquoi en profiter ?) Du coup, ils se tournent autour et ils ne parlent de rien. Alors on s’emmerde avec eux. Mais pour eux, ils se passent un truc fort ( ?????????????????????????????????????????) et du coup, à la fin, ils retournent se faire chier séparément dans leur vie de merde mais avant ils se font un bisous. Et là, tout le monde fait « Ouaoouuuuuhhhhh ! Trop fort !! » Mais SERIEUX ? Je veux dire SERIEUSEMENT ??? On est typiquement dans un monde fantasmé (et en plus chiant, mais chiant!!!!) -Dans le même genre fantasmé je préfère encore La Cité des Anges. On s’emmerde moins !- Bref. Je ne comprends pas, ça me dépasse totalement.

Extra-terrestre cherche autre extra-terrestre pour communiquer.  

Si vous êtes célibataire et que vous cherchez l’amour (avec un autre TSE parce que je n’y connais rien en TLM, désolé.) Voilà mes conseils :

Faîtes le deuil de trouver une personne avec un physique de rêve. (Oubliez vos fantasmes) Définissez (à l’intérieur de vous bien sûr, ne l’exposez pas sur le net) quels sont vos besoins et vos attentes dans une relation amoureuse. Et quand vous rencontrez une personne qui fait battre votre petit cœur et avec qui vous vous éclatez au lit, prenez le temps d’analyser. Ne mettez pas de côté ce qui vous chagrine en vous disant « ça va passer tout seul. » Non, c’est faux, ça ne passera pas. Cette personne est comme ça. Parlez-lui de ce qui vous dérange et voyez ce qu’elle/il en pense. Demandez-lui quels sont ses besoins. Voyez si vous êtes compatibles vraiment et si quelque chose de fondamental cloche : Passez votre chemin. Ne perdez pas un temps précieux si vous savez que vous allez droit dans le mur. (Je vous parle d'expèrience, bien sûr, je me suis largement plantée par le passé.)

Le couple a besoin d’un mythe de sa rencontre (cours de psycho sur le couple et la sexualité 2002). Ce mythe, l’histoire qu’ils se raconteront tout au long de leur vie sur le "comment ils se sont connus" est fondamental pour la construction. Le couple vit des « lunes de miel » suivies par des désillusions. Après chaque désillusion, le couple se reconstruit avec de nouveaux projets et entame une nouvelle « lune de miel » et ça dure comme ça indéfiniment, toute la vie. Donc il y a des passages à vide, des moments qui sont très durs (la désillusion) c’est tout à fait normal et ça se dépasse si on a choisi son partenaire amoureux non pas avec uniquement ses pulsions et son petit cœur qui bat mais aussi avec sa raison.

L’amour est une équation parce qu’on peut très facilement définir ce qui en fait le cœur et ce qui permettra la continuité et la construction. Je ne peux pas vous donner une équation unique car chaque couple possède sa propre équation. (Et je ne vous donnerais pas la mienne parce que c’est personnel, non mais dis-donc !!) Se connaître soi-même et connaître l’autre, accepter ses propres besoins et voir s’ils sont compatibles avec l’autre, analyser ses propres sentiments et ne pas uniquement les vivre, c’est comme ça qu’on écrit son équation. Tout ça sans se mentir à soi-même (c’est la partie la plus DIFFICILE). Il faut tout de même prendre le temps de se connaître. Donc, si vous avez à peine 17 ans, profitez des relations que vous allez avoir pour comprendre ce qui vous convient et ce qui ne vous convient pas. (Et : ENJOY !!) Après, on peut aussi se rendre compte que l’autre n’est pas celui que l’on croyait ou que ça ne fonctionne plus. Si c’est le cas, c’est important je pense, d’analyser le pourquoi. Est-ce que l’autre nous a menti (ou a pêché par ignorance de lui-même) ? Et nous, que n’avons-nous pas vu et à quel moment nous sommes-nous mentis à nous-mêmes? Tout cela s’inscrit non pas dans une critique permanente de soi mais plutôt dans un souhait de véritablement construire et de le faire dans la vérité. C’est pourquoi si avez été en couple avec un-e manipulateur-trice, vous n’êtes absolument pas concerné-e par tout ce que je viens de dire. Vous êtes une victime. (Et vous pouvez être fier-e d’en être sorti-e.)

Voilà pour l’amour… Je ne suis pas certaine d’avoir été très claire et je me suis un peu emballée. On verra si j’en ai choqué certains,  j’attends vos retours ;o) .

Passons à l’amitié maintenant :

(Une petite parenthèse : je connais beaucoup mieux les amitiés féminines que masculines, alors mes excuses Messieurs si vous ne vous reconnaissez pas dans tout ce que je raconte / Vous me direz ;o) )

Alors l’amitié c’est super important. C’est un soleil d’automne qui nous caresse délicatement la joue, c’est la pointe de piment, le réseau de solidarité quand la famille fait défaut. L’amitié c’est juste que… Ca aide à respirer.

Pour ceux qui suivent mon blog depuis le début, vous avez peut-être remarqué que le ton a changé. Et oui en décembre 2014, j’étais très entourée, j’avais de l’espoir par tonnes et un beau réseau de relations TSE de longues dates. Dans ce contexte, c’était plus facile de faire de l’humour et de vous vendre du rêve sur « Comment c’est trop bien d’être un TOUS SEULS, mec, surtout garde la pêche ! » Trois décès et deux ans plus tard, je vous avoue que mon horizon a quelque peu changé. (D’où le ton moins enjoué de mes –toujours aussi longues- palabres)

J’en profite pour remercier toutes les personnes qui me contactent en privé, à qui je vais ENFIN avoir le temps de répondre. Vous me faîtes énormément de bien et je me sens moins toute seule grâce à vous donc : un IMMENSE MERCI.

L’amitié se construit aussi avec une équation. L’avantage, c’est que c’est une équation moins exigeante puisqu’elle possède des cercles. (Et oui, tout est possible en sciences humaines !)

Pendant longtemps, j’ai fait l’erreur de placer dans le premier cercle tous les TSE que je rencontrais. (Faut dire qu’au total, ils n’étaient pas vraiment nombreux.) Mais Maître Yoda m’a dit : « Par le troisième cercle, les amis tu feras rentrer. Quand compatibles ils seront, le premier cercle ils atteindront. »

Le troisième cercle est donc celui des relations, des connaissances. Des personnes avec qui on discute de façon assez superficielle (c’est CHIANT !!) Dans le deuxième cercle, on trouve les amis proches avec qui on passera des soirées agréables à jouer à Times Up en buvant de la vodka. On peut se confier de temps en temps. Dans le premier cercle ce sont les intimes, ceux qui sont comme nos frères d’armes, à qui on se confie profondément, qu’on appelle quand on est triste et qui connaissent toutes les détails de nos MST. (Mais non, on n’a pas de MST parce qu’on sort couvert. - Ceci était un message sponsorisé par Durex -)

Alors oui, j’ai un peu déconné dans mes amitiés, c’est pour ça que je peux vous en parler. Moi avant : Pas connaître les cercles, moi avant dire : « Toi pas ami, et toi meilleur ami ! » Bon, j’étais jeune, tout le monde commet des erreurs. Le truc c’est que comme l’amitié a un enjeu moins grand que l’amour, j’étais beaucoup moins exigeante, moins regardante et beaucoup plus dans l’illusion. Mais n’avez-vous pas rêvé vous, d’avoir une bande de potes avec qui passer des soirées à écumer fous rires sur fous rires ? (Et non pas à errer, comme vous avez l’habitude de le faire au milieu d’une bande de moutons défoncés qui disent : « Oh putain, je suis défoncé ! » et plus tard quand ils sont plus vieux « Oh, putain … ???? » Ah ben non, je ne sais pas ce qu’ils disent plus vieux, j’ai arrêté de les fréquenter il y a plus de 10 ans.) Mais je vous avoue qu’hier ma voisine a fait une fête et j’ai vu plein de gens aller et venir et j’aurais bien aimé pouvoir en faire autant chez moi. Loupé ! Pour en revenir à l’idée de la bande, je crois que je voulais ça si fort, que j’ai pris malgré-malgré mes désirs pour des réalités. J’ai mis tout le monde dans le premier cercle, j’ai écouté d’une oreille attentive, j’ai parlé avec verve, on a fait des serments de « pour toujours entre nous avec le sang » et je devais être attractive parce qu’ils sont tous restés. Quelques années. Mais malheureusement, j’avais tissé autour de moi une jolie toile illusionniste. Et quand est arrivé le temps des difficultés (Trois décès : suivez Nom de Zeus !!) Le premier cercle s’est retrouvé déserté. (Mais où qu’ils sont partis dis-donc ???) Beaucoup de questions se sont posées : Mais-est-ce que c’était vraiment des TSE finalement ou est-ce que je flattais juste leur ego en leur disant ça ? Et quand elle me disait que j’étais chiante, elle le pensait vraiment en fait ? (Bon, en même temps, elle me l’avait dit…)

Bref, on repart à zéro. On recommence. En fait c’est très dur de perdre des amis. Il y a moins d’enjeu que dans une relation amoureuse oui, mais quand même, c’est douloureux. C’est pour ça qu’il faut faire passer les amis par des cercles : le 3, le 2 et puis enfin le 1 et ne pas faire de serment du sang avec le premier qui débarque et qui comprend ce qu’on dit.

Alors l’équation elle est où ? Quand on est dans le 3ème on repère déjà la base : TSE/ TLM ? Valeurs politiques ? Valeurs humaines ? On check ceux qui nous correspondent et on les transfert dans le 2ème cercle. Là, on va tenter de se confier. On élimine les gens qui jugent et qui n’écoutent pas. On garde les gentils, ceux avec qui on se marre et les personnalités intéressantes. Personnellement, les TLM ne peuvent pas franchir le 1er cercle mais ils restent dans le 2ème et ils sont une grande cascade de câlins dans mon cœur. Cercle n°1. Alors là, ça se complique parce que le cercle n°1 implique que vous pouvez appeler ces amis-là en cas de gros problème, qu’ils seront toujours là pour vous, ne vous jugeront jamais, seront toujours honnêtes avec vous et en plus, ils doivent comprendre tout ce que vous dîtes. Le cercle n°1, c’est le cercle de l’élévation, le cercle de l’appartenance profonde en un clan, un clan choisi. C’est très compliqué parce que chaque TSE est très compliqué. Pour remplir cette équation, point n’est besoin de savoir s’ils vont répondre à vos besoins (ce n’est pas une relation amoureuse). Ce qui compte c’est qu’ils vous enrichissent profondément, ne voient pas le monde de la même façon que vous mais justement vous apportent beaucoup de nourriture intellectuelle et pas mal de fous-rires. Quand on rentre dans le monde des TSE, quand on se découvre, on en rencontre pas mal à placer dans ce cercle. Faîtes juste très attention de ne pas avoir à faire à des manipulateurs, ne restez pas trop longtemps dans le virtuel (le virtuel est toujours source de fantasme) et assurez-vous d’avoir le même engagement des deux côtés.

Bon, je crois que j’ai fait le tour même si on peut toujours creuser car c’est en creusant qu’on devient chercheur d’or. Je ne sais pas si mon équation était claire, je ne sais même pas si je serais encore capable de résoudre une véritable équation mathématique depuis le temps que je n’ai pas pratiqué.

Mais quoi qu’il en soit, je vous souhaite une véritablement épanouissante année 2017 et surtout, surtout, n’ayez pas peur d’analyser encore et encore et encore et encore etc.

Namaste.

Ketrichen

 

 

 

 

L'amour est une équation... et l'amitié aussi

Commenter cet article

Leïla 26/07/2017 20:08

Hello,
Pas d'accord avec la réflexion, zèbre aussi je fonctionne beaucoup à l'intuition et avec des difficultés de justification, je suis d'accord pour réfléchir son amour mais pas "qu'est-ce que j'aime chez...?". J'aime, alors j'aime... Le sentiment, l'impulsion, etc. Pas de quoi s'engager on est d'accord, pas de quoi parler de grand amour, mais une impulsion, un élan, un truc... Je suis une grande romantique (au sens XIX) j'avoue. Sinon, sans m'étendre, tu me fais bien rire et je suis heureuse de lire une autre zèbre, ça fait du bien même si je ne suis pas totalement d'accord ! Je ne m'embarrasse pas de codes sociaux et de Tact, je pense que tu peux me comprendre là-dessus ;)
Bonne soirée !

Isnard 18/04/2017 20:08

Salut à toi Ketrichen!

Quel joli prénom!
Je découvre ton blog grâce à un ami TSE ;-) c'est nouveau ce terme pour moi! En fait, c'est nouveau cette "catégorie" pour moi! :-)
Ca me fait archi plaisir car quand je te lis, ça connecte, voilà, et c'est tellement rare que ça connecte comme ça avec les gens! J'ai vu beaucoup de mes amis filer vers d'autres horizons ces dernières années, cela m'interroge. Je comprends aujourd'hui pourquoi, je n'ai plus les mêmes attentes, envies, besoins (j'ai fais semblant pendant de nombreuses années) et plus envie de me forcer. J'ai déjà du mal à me comprendre alors... j'ai deux ou trois amis dans le cercle 3, et ça fait TELLEMENT chaud au coeur, juste de le savoir, même si on se voit peu, et de savoir qu'on n'a pas besoin de mots pour se comprendre, pour que ça connecte!
Voilà ce que je voulais dire en laissant ce mot: hier, j'ai dû me résigner à quitter mon chéri car trop de prises de tête (bon, finalement, ça a fini en pleurs, il ne veut pas me quitter, moi non plus, bref, on est toujours ensemble!), mais ce qui est drôle, c'est qu'en rentrant chez moi, j'ouvre ce blog dont m'avait parlé mon ami il y a quelques jours. Boum, premier article, l'équation de l'amour, elle est pas mal drôle la vie quand elle s'y met!
Cela m'a beaucoup intéressée, vraiment, et je voulais te remercier. J'ai besoin de dédramatiser, je souffre de dramatiser le moindre truc en amour (mon chéri n'est pas zébré et moi j'ai du mal à me faire à l'idée de l'être...). Quand j'ai lu ta phrase sur le fait que ça peut pas matcher à 100% avec qui que ce soit, j'ai vraiment buggé. Putain, moi qui croyais que si, que bordel (pardon...) y avait bien des gens avec qui ça pouvait matcher totalement!!! Après de nombreuses péripéties amoureuses, j'y croyais encore (la maline). Et cet ap.m, ma psy (j'ai une psy à domicile, c'est la class hein?!) m'a sorti la même chose, pff, je deviens bien m'en douter inconsciemment, j'ai encore du boulot!
En tout cas, j'ai noté les questions, écris les réponses, j'ai noté celles à lui demander et lui ai demandé d'y réfléchir de son côté afin qu'on échange là-dessus prochainement. Espérons que tes précieux conseils nous aideront! Lâcher prise, accepter et non se résigner (je pensais avoir acquis tout ça, retour à la case départ)...

Bref, pour finir, je tiens à dire MERCI, mais MERCI quoi, parce que je n'ai jamais compris pourquoi je ne trouvais pas Lost in Translation si cool?! Je me disais que je n'avais rien dû comprendre au concept, mais je me suis non seulement fait chier, mais j'ai surtout trouvé ça complètement énervant, des gens qui se complaisent dans leur morne vie à flirter avec ... je pourrai même pas dire l'amour, à flirter avec je ne sais quoi?? Ahhh, ça m'avait même foutu les boules pour tout dire d'avoir perdu mon temps à le regarder! Enfin disons que c'est plus la sensation de dépression au fond de mon bide pendant et après le visionnage qui m'avait dégoûtée!

Voili voilo!
Plein de bonnes choses à toi, merci de m'avoir permis de m'exprimer!

Marjolaine

Ketrichen 03/07/2017 12:02

Bonjour Marjolaine!! Merci beaucoup pour ce long message. (Ca fait tellement chaud au coeur de ne pas être la seule à avoir détesté Lost In Translation!!!!) Je suis désolée de te répondre si tardivement et j''espère que tu as pu trouver des solutions dans ton couple. je voulais revenir là-dessus d'ailleurs : on ne peut pas être à 100 % synchronisé, c'est effectivement impossible, cependant, on peut réellement créer et trouver une harmonie à deux. Cela demande du travail mais ce travail ne doit pas être une longue et terrible souffrance... (ce n'est pas facile de distinguer les deux). Je dirais que (pour moi bien sur!) un véritable amour traverse des périodes douloureuses certes mais devrait permettre une profonde confiance en soi (se sentir aimée véritablement pour ce que l'on est sans devoir se changer pour l'autre.) J'espère que c'est ton cas. :o) Au plaisir. Namasté. Ketrichen.

Marilou Loulou 28/01/2017 14:41

Coucou Ketrichen!
D'abord plein de pensées douces rien que pour toi... Un nouveau deuil, comme si tu avais besoin de ça en plus. Je te souhaite plein de courage et plein de pulls et de couettes tout moelleux et de câlins tout tendres! ça ne guérit pas forcément mais ça aide à patienter...
Merci pour ton article que j'ai trouvé fascinant. De mon côté je suis tellement solitaire que j'ai tendance à ne plus croire à l'amour (enfin pour les autres si!). Jamais rencontré quelqu'un qui se sentait capable de supporter mon immense besoin de solitude sans se sentir rejeté. Si une aventure se présente, je me surprends parfois à y croire... mais à force, on apprend: il/elle me met la pression, je culpabilise, je TSE plus assez, et crac (craque?). A force, on apprend! A l'arrivée, comme tu l'expliques si bien, 1+1 ça fait toujours la même somme!
Pour l'amitié par contre, l'élimination se fait sans effort de ma part, et ça c'est chouette! Je me fais des amis partout, mais comme je n'aime pas les magasins ni les bars ni les boîtes, finalement ceux qui restent sont ceux qui tiennent à moi très très fort! Ils atterrissent tout naturellement dans le cercle qui leur correspond.
Bref merci tout plein pour ce nouvel article qui témoigne d'une réflexion toujours profonde et d'un bon sens que j'envie parfois!
Ah oui, et pour "Lost in translation", j'ai vécu exactement la même chose. Tout le monde m'a dit "tu vas voir, tu vas adorer!" Résultat, ennui mortel. TSE un jour, TSE toujours, hein?
Des bises.

Ketrichen 02/07/2017 13:56

Marilou, tu es la plus attentionnée de mes lecteurs. (Merci pour ta sollicitude pour le deuil) Oh... Tu n'arrives pas à trouver l'amour?? Hummmm. C'est bien dommage. En ce qui concerne le besoin de solitude, tu n'es pas la seule TSE à exprimer un tel besoin! Et MERCI pour Lost In Tanslation!!! Comme je comprends. Bisous. Namasté. Ketrichen.

La Chouette Masquée 24/01/2017 19:15

Hello ! Merci pour cet article.

Je partage ton déroutement face à cette vision incompréhensible de l’amour, qui semble pourtant être évidente au sens commun. Quand je m’aventure à lire des articles là-dessus, à chaque phrase qui commence par « Comme vous le savez » où sous-entend que tel comportement est évident, je me surprends à penser « Euuuh… non ? », « Hein ?! », « What the fuck ? ». Idem pour les ¾ des relations fictives. Pas que je trouve ça forcément toujours creux (qui sait, peut-être que des trucs de fou me passent sous le nez !), mais incompréhensible, ça oui !

Et concernant l’amitié… J’ai fait le même genre d’erreur. Après quelques catastrophes, j’ai décidé de repartir de bon pied, en respectant plus mon fonctionnement. Passer tout le temps seule dont j’ai besoin, oser me plaindre du bruit, ne pas me forcer à discuter en groupe alors que je galère à dialoguer avec plus d’une personne à la fois, dire « non » aux gens qui proposent une sortie la veille pour le lendemain alors que je ne me suis pas préparée psychologiquement… Une accumulation de détails qui, une fois réunis, rendent la vie plus belle !

Au passage, ton article sur les sites de rencontre m’a aidée à trouver un cher et tendre TSE ^^ Merci mille fois !!
Je te souhaite beaucoup de courage :) Gros câlin pour toi !

Ketrichen 02/07/2017 13:52

Salut petite chouette! Merci pour ton témoignage. Je suis ravie pour toi et ton amoureux. Calin aussi ;o)

Xine 24/01/2017 09:32

Bravo ! Très juste, très fine et..très complète analyse, je pense. Que ça fait du bien de te lire ! Et, quelle maturité, aussi :-) Je suis admirative!
Bon je file, j'ai "lost in translation" à voir :-D ;-)

Ketrichen 02/07/2017 13:51

Merki!! ;o) Bon alors, ce film???? Tu as aimé ? :D !!!!!