Pourquoi certains HPI présentent des caractéristiques ASPIE

Publié le par Ketrichen

Pourquoi certains HPI présentent des caractéristiques ASPIE

Bonjour à tous Amis, Amies, amis d’amies, amies d’amis, amies d’amies, amis d’amis… Bonjour à vous.

J’espère que vous vous portez bien sous ce soleil enchanteur et caniculesque. J’espère surtout que vous pouvez prendre des vacances, que vous mangez à votre faim et que vous êtes globalement en bonne santé (Et on n’a même pas validé la totalité de la base de la pyramide de Maslow !!)  mais il faut commencer par le début, commençons par-là donc.

Avant de tenter d’esquisser une réponse à cette question hautement pertinente et complexe (il me semble) de : Pourquoi certains TOUS SEULS ont des caractéristiques du syndrome d’ASPERGER alors qu’ils ne sont pas ASPIE du tout?

Passons du colibri au mulet et attardons nous sur un fait qui s’est produit ce matin même….

Il se trouve qu’en effet ce matin, je me suis rendue à la pharmacie pour aller chercher mes anxiolytiques mensuels. (Jusque-là, rien d’anormal, on a en déjà parlé, je vous déconseille la prise de ces médicaments au maximum, il se trouve que moi, j’en prends, c’est ponctuel, blablabla etc.) Et finalement ça ne regarde que moi ! Que moi ? Pensez-vous !!! (Ah les gens, les gens !!!!!!!!!!!!!) Donc ma chère pharmacienne me fait tout un topo sur l’allergie aux œufs de sa première fille tout en emballant mon paracétamol (OSEF – Je veux dire : « Je m’en care totalement des allergies de sa môme ! Donnez-moi mes médocs que je rentre chez moi prendre un douzième café ! ») Mais quand elle a vu mon ordonnance, elle n’a pas pu s’empêcher de faire un commentaire. Elle a plissé un sourcil, m’a regardée par en dessous et m’a dit : « Mais vous prenez TOUT ça comme anxiolytique ???????????  Mais il faudrait baisser un peu parce que vous savez, ça ralentit le cerveau, ça endort, ce n’est pas bon pour la vigilance ! » Avec un air entendu et appuyé !

Non ??? SANS DECONNER ???? SANS DECONNER ???? Ô TOI grande déesse de la pharmacie, merci de m’illuminer de ton savoir unique. Il est vrai que mon psychiatre (qui est un incompétent qui a eu son diplôme dans une poubelle de Mac Do) ne m’a JAMAIS expliqué en quoi consistait la prise de ces médicaments. D’ailleurs, il me les a prescrits parce que je les revends au marché noir et que je lui file 25 %.  Merci Ô TOI grande prêtresse de l’empathie et de la compréhension qui te mêle de ce qui ne te regarde absolument pas et me pousse à me justifier en bégayant pour te dire : « Non, non, m…, mais, je dimi…, je diminue, je sais ce que je fais ! »

POURQUOI ??? Mais POURQUOI ? (Je vous le demande ?) Est-ce que les gens se permettent de donner des conseils (quelques fois ce sont des ordres) alors qu’on ne leur a rien demandé et qu’ils ne savent pas ni à qui ils parlent ni de quoi ils parlent ? Le truc c’est que MOI je me tais en permanence. Par exemple, je ne lui ai pas dit : « Vous me faites chier avec les allergies de votre gosse, je m’en tape ! Vous devriez arrêter de raconter votre vie à vos clients ! » Je ne lui ai pas dit non plus : « Votre coiffure est une insulte aux cheveux, prenez rendez-vous chez le coiffeur fissa ! » Quand j’entends des ENORMITES  toute la journée sur mon lieu de travail, dans le métro, dans le bus, dans la rue : JE ME TAIS ! Non mais sans déconner, c’est dur, mais JE ME TAIS. En fait, je respecte le droit de chacun à être con. Je considère qu’il est de mon devoir d’intervenir en cas de violence avérée sur quelqu’un, là d’accord. Mais le reste du temps JE ME TAIS. Et je me dis que chacun est libre (ou croit l’être en tout cas) et que s’ils vivent enfermés dans des certitudes non-prouvées, non-avérées qui les rassurent, c’est leur droit ! Liberté, liberté chérie… Et en retour j’aimerais qu’on me foute la paix, merci bien ! J’ai un cerveau, je m’en sers et je sais ce que je fais. D’autant que je n’hésite jamais à demander un conseil quand j’en ai besoin, donc, merci mais faîtes comme moi : TAISEZ-VOUS ! (En plus, elle n’avait même pas de dentifrice à l’argile et elle ne savait même pas que ça existait…….) Désespoir……

 

Revenons donc à la question initiale, soit les petits papillons à rayures. Il se trouve que j’ai découvert il y a quelques semaines déjà, que parmi mes très proches êtres chers de mon cœur, en plus d’être TSE il y avait au moins deux ASPIE. Révélation, choc ou les deux mon capitaine. Leur ASPITUDE est tellement nette et évidente, qu’on arrive à la voir de la lune avec de simples jumelles (si, si je vous assure !) Quoi qu’il en soit, cette « découverte » m’a amenée à me pencher sur la question ASPERGER (que je n’avais pas pris le temps d’examiner, je l’admets bien volontiers, tout simplement parce que j’ai près de moi un autiste lourd et que l’autisme pour moi était - disons pour faire simple : très très lourd – et c’était un affreux préjugé !!!!) Et du coup, je n’ai pas plongé la tête dedans - erreur erreur, corrigée aujourd’hui-.

 -Quelques fois, je vous admire quand même d’arriver à comprendre ce que je dis !-

En lisant sur ASPERGER, je me suis reconnue ! Non mais soyons honnête clairement, je me suis dit : « Putain mais je SUIIIIIIIIIIIS comme ça ! » et je suis devenue toute bleue à poids verts et je me suis interrogée : Se pourrait-il que ??????? Et bien non, mes très chers lecteurs, je ne le suis pas, je ne suis pas ASPIE. Pourquoi j’en suis certaine ? (Parce que pour une femme, qui plus est, approchant la quarantaine - sniff que c’est vieux- on sait que c’est très dur à détecter et que, pour tout le monde, rien ne vaut un bon et vrai diagnostic, posé par un vrai spécialiste.)

Cependant, dans mon cas, regardons les choses en face :

  1. J’adore le téléphone « Téléphoner c’est le pied. Tu parles à quelqu’un qui n’est même pas là…. Le truc de science-fiction, quoi, je KIFFE ! » D’ailleurs, je suis standardiste - enfin, je dis ça, je dis rien…
  2. Je n’ai pas de rituels particuliers (en tout cas, je n’en avais pas quand j’étais petite)
  3. J’ai une méga empathie supra-chiante même pour ma connasse de pharmacienne –qui si elle avait été triste, ça m’aurait fait pleurer !!- Grrrrr
  4. Pas de stéréotypie etc.

Je vais m’arrêter là et vous allez me faire totalement confiance quand je vous dis que je ne suis pas ASPIE. Vous allez me faire d’autant plus confiance que vivant avec un ASPIE je vois très très bien quelles sont ses limites infranchissables et quelles sont les miennes et ce n’est pas du tout la même chose. Je vais cependant relativiser tout ça parce qu’en fait, j’ai plein de caractéristiques  communes aux ASPIES. (C’est là que ça se corse mes amis !) Vous prenez des notes ?

Dans les caractéristiques que je constate chez moi de façon indéniable et immuable nous avons :

  1. Déficit d’inhibition latente et hypersensibilité sensorielle –mais si je ne me trompe pas c’est aussi un trait caractéristiques des TSE- peut-être que c’est dans l’intensité qu’on trouve une différence ? Quoi qu’il en soit, je ne tiens pas dans une pièce avec plus de 5 personnes qui discutent ensemble plus de 2h. Et je ne prends les transports en communs qu'avec un casque sur les oreilles et un livre dans les mains!
  2. Incapacité à reconnaître les visages…. Et ça c’est chiannnnntttt !!Par exemple un jour, j’ai vu un film et à la fin de ce film, j’ai dit  à mon amie : « Alala, qu’est-ce qu’il jouait bien Tom Hanks ! » Et elle m’a dit : « Mais euh… Ketrichen, il ne joue pas dans ce film Tom Hanks ! » Moi : « Mais oui bien sûr, t’as raison, prends moi pour une débile… » Ben c’était vrai. Tom Hanks ne jouait pas du tout dans ce film… Du coup, mon amoureux me répète plusieurs fois pendant un film qui est qui pour que je me repère. (Usual Suspect, une vraie galère !!! Et c’est un super bon film !) En fait, pour reconnaître les gens, je vais m’accrocher à des détails –un piercing ou une coupe de cheveux très spécifique, ça m’aide au début-. Si la personne n’a pas de signe distinctif c’est la panique –surtout au travail-
  3. Je n’ai aucune empathie, je ne comprends pas les implicites sociaux. Par exemple, une de mes connaissances m’annonce que son homme l’a quittée. Je trouve que c’est une excellente nouvelle, parce que leur relation se passait très mal depuis des mois et que je les voyais souffrir tous les deux. Donc, je réponds spontanément : « Mais c’est merveilleux, tu vas pouvoir trouver quelqu’un qui t’aime vraiment pour qui tu es. » Notez que c’était plein de gentillesse. Je veux dire VRAIMENT !!! J’étais vraiment contente pour elle. Elle l’a très mal pris ! Nous ne nous voyons plus ! (Depuis je fais très attention et quel que soit le degré de « potentiel futur meilleur bonheur » qu’une rupture puisse engendrer par la suite, je réponds toujours : « Oh Mon Dieu ! Ma/Mon pauvre ! Que s’est-il passé ? » -C’est beaucoup mieux perçu !-) Pour vous donner un autre exemple de mon incapacité sociale (c’était il y a quelques années toujours) une de mes amies m’envoie une photo de sa nouvelle coiffure par texto ! Ca disait : « Regarde, je me suis fait couper les cheveux, tu aimes ? (Je suis super contente.) » C’était ignoble, atroce ! Vraiment une horreur (et irrattrapable bien sûr car coupé très court !) J’étais déchirée entre le fait de ne surtout pas lui mentir (c’était mon amie, on ne ment pas à ses amis) et l’idée de lui faire de la peine. Alors, je lui ai répondu : « C’est super, ça dégage bien ton visage. » (Pensant que ce serait suffisamment neutre !) Manque de bol, deux heures plus tard je me faisais insulter pour avoir brisé son petit cœur, et « je pourrais quand même lui mentir parce que mon avis compte et maintenant, elle ne peut plus se regarder dans la glace et elle se trouve immonde etc….. » Pas d’empathie, incapacité à comprendre les implicites sociaux. (J’ai des tonnes d’autres exemples si besoin)
  4. Je suis très très perturbée par les changements. Par exemple, j’ai pris un jour de congé cette semaine pour me faire un week-end de trois jours. Je ne dirais pas que je regrette de l’avoir fait car j’avais besoin de me reposer mais ça m’a … Mise sur orbite ! Je veux dire par là que j’étais complètement perdue. Du type : Que dois-je faire ? Dans quel ordre ? Suis-je en vacances définitivement ? Non, je reprends le travail lundi. Mais alors ce temps est trop court, comment vais-je en disposer ? Et comment le faire bien ? Début de crise de panique. Pourquoi est-ce que j’ai changé mon rythme ? Non c’est une bonne chose.  Et là (la méditation aide bien) je me force à revenir dans le temps présent et à envisager ma journée non de façon globale (car dans ma semaine, cette journée devient perturbante) mais par petit bout : d’abord je médite, après je mange, après je lis, après je vais chez une amie et tout va bien se passer petit à petit.
  5. Je ne comprends rien mais RIEN  à l’humour. D’ailleurs dès que quelqu’un va raconter une blague, je précise : « Je ne vais pas comprendre. » La personne dit sa blague, tout le monde éclate de rire et moi je dis « Je n’ai pas compris. » et les gens m’expliquent –mais je ne veux pas qu’on m’explique parce que je ne comprends pas, ce n’est pas grave !- Finalement, je continue à ne pas comprendre mais dès fois, quand la pression sociale est trop forte je dis : « Ah oui, je vois ! » avec l’air entendu de celle qui est « dans la confidence »…. Mais je n’ai toujours rien compris.

Je vais m’arrêter là pour les points communs avec les ASPIE, ce n’est pas exhaustif et je sais également à quel point tout est relatif (en fonction de l’intensité du vécu)! Par exemple, en faculté de psycho, nous apprenons que nous sommes tous un peu schizophrène, un peu paranoïaque, un peu manipulateur, un peu… Mais c’est une question de proportion. On est un peu tout ça ce qui signifie aussi que nous ne SOMMES PAS schizophrène, paranoïaque, manipulateur etc.

Je vous fais de la psychologie de cuisine supra résumé alors si ce n’est pas clair, n’hésitez pas à poser des questions en privé ou en commentaire.

Bref. Forte de ces constats, après avoir fait plein de tests sur internet qui disaient que j’étais ASPIE mais pas complètement etc., je me suis dit que j’avais besoin d’éclaircissations (éclaircissation signifiant : « faire la lumière sur » - dans mon dictionnaire personnel -) et j’ai filé dans la grotte de Maître Yoda !!

Alors pour qu’on soit bien clair : Maître Yoda, ce n’est pas moi. (Je ne suis pas mégalo à ce point et j’évite de parler de moi à la troisième personne, sauf à mes amis imaginaires - ceci est une blague, je le précise pour les gens qui, comme moi, prennent tout au premier degré -) Maître Yoda c’est une vraie personne, c’est un professionnel qui répond à mes questions quand je lui demande.

On en arrive donc au cœur du problème posé au début (je fais vraiment des introductions interminables…).

Moi : « Maître Yoda, je me rends compte que j’ai beaucoup de caractéristiques du syndrome d’ASPERGER mais je ne le suis pas. »

Maître Yoda : « Asperger, tu n’es pas, petit Padawan. Je confirme à toi cela. Long et difficile est le chemin pour comprendre. »

Moi : « Je constate que je ne suis pas la seule TSE qui présente ces ressemblances, d’où est-ce que ça vient-il ? » (La mauvaise formulation de cette phrase est dûe au fait que c’est hyper galère de faire parler Yoda surtout sur un sujet comme celui-là –je vous remercie par avance, de bien vouloir me pardonner pour ça-)

Maître Yoda : « La douance, de nombreux mystères recèle. Difficulté de communication avec les autres. Souffrances engendrées, de nombreux problèmes créés. »

Bon, donc, en gros, la réponse c’est que les TSE peuvent développer des caractéristiques « ressemblant » aux spécificités des ASPERGER en réponse à des traumas voire multiples traumas (souvent liés à la douance) principalement relationnels (qui peuvent commencer très jeunes.) Par exemple, un enfant très stressé de ne pas être compris par d’autres enfants de son âge ou les adultes qui l’entourent peut développer des TOCS ou des rituels pour se rassurer etc.

Selon ce que j’ai compris de ce que Maître Yoda m’a dit : La différence fondamentale entre un ASPIE et un TSE qui peut sembler être ASPIE c’est que dans le cas d’un ASPIE, développer des stratégies de communication ne le rendra pas heureux et sera inefficace alors que pour un TSE ce sera efficace et cela lui permettra de changer et d’être plus heureux. ATTENTION : je ne parle pas de mimer les autres. Ca, ça s’apprend. Ce n’est pas de ça qu’il s’agit, car si mimer l’autre (et j’en sais quelque chose !!) évite le conflit, je ne dirais pas, en aucun cas, que ça rend heureux.

Bon, quand il m’a dit ça, j’étais un chouïa septique. Et je lui ai dit : " Vous plaisantez mon très cher ?? Non parce que pour moi, ça ne marche pas, je ne suis toujours pas heureuse en société et ça n’est pas efficace du tout votre histoire de « stratégie de communication » pour les TSE."

Et là, il m’a répondu avec une justesse que je ne saurais contredire : " Mais ma petite Ketrichen, ça ne marche pas avec vous parce que vous aimez / souhaitez être « en phase » avec l’autre et que vous ne voulez pas surtout pas « le blesser », donc vous continuez à vous adapter."

PAF dans ta gueule !

Et c’est qu’il n’a pas tort le con ! - Il me connait bien- Du coup, j’ai réfléchi et la solution, ce serait que j’apprenne à faire ça :

Pourquoi certains HPI présentent des caractéristiques ASPIE

Ca ne va pas être facile….. Mais je suis sur le coup…

Pour résumer, on peut dire que si on développe des caractéristiques ASPIE (sans être ASPIE) c’est pour se défendre, parce qu’on a vraiment eu une vie de merde.

En même temps, ça rejoint ce que me dit mon pote David, quand je l’interroge sur le fait qu’il me semble plus à l’aise avec sa douance que moi et qu’il me dit : « Oui, mais enfin toi Ketrichen, t’as vraiment eu une vie de merde ! » Et il n'a pas tort non plus! :o)

Mais gardons le sourire, c’est toujours important de comprendre le pourquoi du comment et ça m’éclaire beaucoup sur le fait que des TSE avec 150 de QI global réussissent à être super heureux dans leur vie affective et professionnelle, comme quoi c’est possible et il faut tendre vers ce but !

Bon, j’espère que je vous ai un peu éclairés –j’ai essayé en tout cas - !

Je vous fais un bisou sur le nez et la prochaine fois, j'écris un post sur la complexité des relations entre TOUS SEULS. Ou sur les alpagas en Afrique du Sud ?? Je me tâte, je verrais.

Take care ! Namasté.

Ketrichen.

Commenter cet article